Accueil > Echanges et mouvements > Textes de la gauche germano-hollandaise (communistes internationalistes) > Lénine philosophe > Lénine philosophe

Lénine philosophe (1938)

Lénine philosophe

. Introduction et table des matières

mercredi 21 juin 2006

I. Introduction et table des matières

Anton Pannekoek (1873-1960) fut à la fois un savant - il était astronome - et un théoricien du mouvement ouvrier. D’abord enthousiasmé par la révolution de 1917 en Russie, il devient rapidement critique du régime qui en est issu : seule la classe ouvrière organisée en conseils, ces organisations originales proposant une forme de démocratie directe, nées en Russie en 1905, peut exercer un pouvoir émancipateur ; toute l’activité des révolutionaires doit tendre vers ce but ; il faut sortir des syndicats, des partis qui prétendent organiser la lutte par en haut. Ces positions ultra-gauche sont violemment critiquées par Lénine dans La Maladie infantile du communisme : le gauchisme en 1920.

Par la suite,la tendance ultragauche disparaîtra peu à peu comme force politique,mais Pannekoek n’en poursuivra pas moins son œuvre de théoricien, notamment avec Les Conseils ouvriers (1946) et avec ce Lénine philosophe, paru en allemand en 1938, en français en 1947, et où il examine les fondements de ce qu’on a appelé le « matérialisme historique », et en quoi celui-ci se distingue du matérialisme vulgaire ou bourgeois.

Pour une introduction critique à cet ouvrage, voir « Lénine philosophe », de Pannekoek, note de lecture d’Henry Chazé.

Table des matières

Introduction

1. Le marxisme

2. Le matérialisme bourgeois

3. Dietzgen

4. Mach

5. Avenarius

6. Lénine

7. La révolution russe

8. La révolution prolétarienne


Introduction

La Révolution russe a été menée sous la bannière du marxisme. Avant la première guerre mondiale, à l’époque où il ne pouvait se livrer qu’à la propagande, le parti bolchevik était considéré comme le champion des idées et de la tactique marxistes. Il était en communauté d’idées et agissait de concert avec les tendances révolutionnaires des partis socialistes européens, lesquelles étaient comme lui nourries de théories marxistes, tandis que le parti menchevik se rapprochait beaucoup plus des tendances réformistes de ces partis.

Lors des controverses doctrinales, les penseurs bolcheviks figuraient en bonne place, au côté des membres des écoles marxistes dites autrichienne et hollandaise, au nombre des défenseurs du marxisme intransigeant. Pendant la guerre, les bolcheviks firent cause commune avec les groupes radicaux de gauche de l’Occident (par exemple aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal) pour maintenir le principe de la lutte de classe en temps de guerre. Lors de la Révolution, les bolcheviks, après avoir adopté le nom de parti communiste, purent l’emporter parce qu’ils avaient choisi comme principe directeur la lutte de classe des masses ouvrières contre la bourgeoisie. Ainsi Lénine et son parti se révélaient, en théorie comme en pratique, les représentants les plus éminents du marxisme.

Mais une contradiction devait s’affirmer par la suite. Un système de capitalisme d’Etat prit définitivement corps en Russie, non en déviant par rapport aux principes établis par Lénine - dans l’Etat et la révolution par exemple - mais en s’y conformant. Une nouvelle classe avait surgi, la bureaucratie, qui domine et exploite le prolétariat. Cela n’empêche pas que le marxisme soit en même temps propagé et proclamé base fondamentale de l’Etat russe. A Moscou, un « Institut Marx-Engels » s’est mis à publier avec un soin respectueux, dans des éditions de luxe, des textes des maîtres, presque tombés dans l’oubli ou encore inédits. Les partis communistes, dirigés par l’Internationale de Moscou, se réclament du marxisme, mais ils se heurtent de plus en plus à l’opposition des ouvriers aux idées les plus avancées qui vivent dans les conditions du capitalisme développé d’Europe occidentale et d’Amérique, la plus radicale étant celle des communistes de conseils. Pour tirer au clair ces contradictions, couvrant tous les domaines de la vie et des luttes sociales, il faut aller à la racine des principes fondamentaux, c’est-à-dire philosophiques, de ce que ces courants de pensée divergents appellent le marxisme.

Lénine a exposé ses conceptions philosophiques dans son livre Matérialisme et empiriocriticisme, publié en russe en 1908 et traduit en 1927 en allemand et en anglais. Vers 1904, quelques intellectuels russes commencèrent de s’intéresser à la philosophie de la nature d’Europe occidentale, et surtout aux idées développées par Ernst Mach, et essayèrent de les intégrer au marxisme. Une véritable tendance « machiste », assez influente, se développa dans le Parti ; ses porte-parole principaux étaient Bogdanov, l’un des plus proches collaborateurs politiques de Lénine, et Lunatcharsky. Le conflit, auquel le mouvement révolutionnaire de 1905 avait mis une sourdine, reprit de plus belle aussitôt après, car il n’était pas lié seulement à des controverses théoriques abstraites, mais à de multiples divergences pratiques et tactiques au sein du mouvement socialiste. C’est alors que Lénine prit vigoureusement position contre ces déviations et avec l’appui de Plékhanov, le meilleur des marxistes russes, et qui d’ailleurs était menchévik, réussit bientôt à liquider l’influence du machisme à l’intérieur du Parti.

Dans sa préface aux traductions anglaise et allemande du livre de Lénine, Deborin, alors interprète officiel du léninisme, mais disgrâcié par la suite, exalte la collaboration des deux plus éminents théoriciens, dans leur lutte pour assurer la victoire définitive du vrai marxisme, sur toutes les tendances antimarxistes. Il écrit :

« L’opposition de Plekhanov et de Lénine au liquidationnisme, à l’otzovisme, au rafistolage de Dieu et au machisme, scella pour un certain temps l’alliance des deux plus grands cerveaux du marxisme authentique. Elle permit le triomphe du matérialisme dialectique sur les diverses tendances révisionnistes antimarxistes...

 » Le livre de Lénine représente donc, non seulement un apport considérable à la philosophie, mais aussi un document de premier ordre sur l’histoire du Parti, document qui prit une importance extraordinaire en contribuant à raffermir les assises philosophiques du marxisme et du léninisme, déterminant ainsi, dans une large mesure, l’évolution ultérieure de la pensée philosophique des marxistes russes... Le marxisme sortit victorieux de cette lutte. Le matérialisme dialectique fut son drapeau. »

Mais Deborin ajoute :

« Il n’en est malheureusement pas de même au-delà des frontières de l’Union soviétique et particulièrement en Allemagne et en Autriche où fleurissent la scolastique kantienne et l’idéalisme positiviste. On y ignore encore complètement la philosophie marxiste. La traduction du livre de Lénine est donc nécessaire pour diffuser dans le reste du monde les fondements philosophiques du marxisme sur lesquels s’appuie le parti communiste. »

Puisque l’importance du livre de Lénine est soulignée avec une telle force, il est nécessaire d’en faire une étude critique approfondie. Il est clair qu’on ne peut juger à fond de la doctrine de la Troisième Internationale, celle du communisme de parti sans examiner de très près ses bases philosophiques.

Les études de Marx sur la société, qui depuis un siècle jouent un rôle toujours plus important dans le mouvement ouvrier, ont pris forme à partir de la philosophie allemande. Elles ne peuvent être comprises sans un examen de l’évolution intellectuelle et politique du monde européen. Il en va de même, tant pour les autres tendances philosophiques et sociales et les autres écoles matérialistes qui se développèrent en même temps que le marxisme, que pour les conceptions théoriques sous-jacentes à la Révolution russe. Ce n’est qu’en comparant ces divers systèmes de pensée, leurs origines sociales, leurs contenus philosophiques, qu’on peut porter un jugement bien fondé.

1. Le marxisme

2. Le matérialisme bourgeois

3. Dietzgen

4. Mach

5. Avenarius

6. Lénine

7. La révolution russe

8. La révolution prolétarienne


Voir aussi : Pourquoi les mouvements révolutionnaires du passé ont fait faillite

Parti et classe

PANNEKOEK : « L’acte personnel » ; « La destruction comme moyen de lutte »

Lénine philosophe

Communisme de conseils. Bibliographie de la gauche germano-hollandaise


Présentation d’Echanges (texte français)

Pour nous contacter : echanges.mouvement@laposte.net