Accueil > Ni patrie ni frontières > 36-37 : Extrême droite, extrême gauche : Inventaire de la confusion > Pétition : on peut tout signer, mais pas avec n’importe (...)

Pétition : on peut tout signer, mais pas avec n’importe qui

jeudi 15 septembre 2011, par Yves

Article de Henri Goldman paru sur le blog

http://blogs.politique.eu.org/Petition-on-peut-tout-signer-mais

L’affaire n’a pas fait grand bruit en Belgique. Un certain Vincent Reynouard. Français résident en Belgique, a écrit une brochure de 16 pages intitulée « Holocauste ? Ce que l’on vous cache… » dans laquelle il conteste l’existence des chambres à gaz et l’ampleur du judéocide. Arrêté à Bruxelles en août 2010, il purge en ce moment une peine d’un an ferme à la prison de Valenciennes en vertu de la loi Gayssot de 1990 qui interdit le fait de « contester […] l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international [dit de Nuremberg] annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 ». Je précise que Reynouard se réclame ouvertement de l’idéologie national-socialiste.

Là-dessus, le dénommé Paul-Éric P.-E. Blanrue, co-auteur de l’impérissable Carla et Nicolas, chronique d’une liaison dangereuse (Scali, 2008), avec le concours du professeur Jean Bricmont de l’UCL qui en sera le premier signataire, décide de lancer une pétition pour protester contre cette incarcération. La pétition précise bien : « Il ne s’agit pas […] de soutenir les idées de Vincent Reynouard mais de défendre son droit à les exprimer et, ce faisant, de défendre un des principes fondamentaux de la République française. » L’objectif, à cette occasion, est de demander l’abrogation de la loi Gayssot, considérée comme une loi liberticide.

Depuis son entrée en vigueur, cette loi a fait l’objet de très nombreuses contestations. En 2005, cette contestation s’est élargie à l’ensemble des « lois mémorielles ». Une pétition (« Liberté pour l’histoire ») demandant leur abrogation fut signée par 19 historiens de premier plan, de Pierre Nora à Marc Ferro en passant par Jean-Pierre Vernant, René Rémond et Pierre-Vidal-Naquet (tous trois décédés depuis). Pourtant, aucun d’entre eux ne se retrouve parmi les signataires de la pétition en soutien à Vincent Reynouard, pas plus que d’autres adversaires connus des « lois mémorielles » comme Robert Badinter ou, en Belgique, mon ami Mateo Alaluf.

Car la principale curiosité de cette pétition, c’est le profil de ses signataires, dont de nombreux Belges. Parmi eux, à côté de tous ceux qui me sont inconnus et de quelques personnages particulièrement troubles comme Thierry Meyssan ou Robert Ménard, de Reporters sans frontières, je repère deux catégories de signataires au profil marqué. En très grand nombre, des personnages qui cousinent sans aucune ambiguïté avec l’extrême droite antisémite (71). Citons, en France, parmi une kyrielle d’autres, Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen du FN, les journalistes François Brigneau (Rivarol, Présent…), Roland Helie et Michel Schneider (Nationalisme et République), l’ancien membre de l’OAS et conseiller régional du FN Pierre Descaves, Alain Soral, gourou de la mouvance rouge-brune et grand supporter de Dieudonné qui fut lui-même un des premiers signataires de la pétition, Robert Faurisson, le « pape » du négationnisme en personne, Jean Brière, exclu en 1991 des Verts français pour antisémitisme, l’écrivain catholique-traditionnaliste Anne Brassié… Et, parmi les signataires belges, Siegfried Verbeke, ancien dirigeant du Vlaamse Militante Orde, Michel Delacroix, ex-sénateur du Front national (celui qui chantait « Ma petite Juive est à Dachau… »), Koen Dillen, ancien député européen du Vlaams Blok et fils de son fondateur. Ceux-là sont, pour leur part, totalement d’accord avec les thèses de Reynouard.

À côté d’eux, on dénombre malheureusement quelques militants égarés d’une certaine gauche antisioniste obsessionnelle, que je n’accuse pas pour autant de négationnisme actif. En réalité, cette question ne les intéresse pas. Leur mobile, en soutenant cette pétition, est de poursuivre la dénonciation sans relâche de l’instrumentalisation par Israël du génocide nazi, une instrumentalisation qui ferait régner un véritable terrorisme intellectuel empêchant toute critique de ses agissements (72). Pour eux, cette cause est tellement importante qu’on ne doit pas s’interdire, en la poursuivant, de s’allier avec d’authentiques nazis, leur conférant ainsi une nouvelle respectabilité. Mesurent-ils la gravité d’un tel geste et le tort qu’ils portent ainsi à la cause qu’ils prétendent défendre (73) ?

Lors du vote en 1990 de la loi Gayssot et en 1995 de la loi belge contre le négationnisme, je m’y étais opposé. Mais aujourd’hui, il me semble que leur abolition donnerait un très mauvais signal. Il vaudrait simplement mieux préciser que ce n’est pas la recherche historique qui est visée, mais seulement l’appel à la haine qui prend cette recherche comme paravent. Dans ce sens, il me semble légitime d’élargir la loi de 1995 aux génocides subis par les Tutsis et par les Arméniens. Mais j’ai des amis qui pensent autrement, avec d’excellents arguments (74) .

Mais ceux-là n’auraient jamais accepté de laisser planer le moindre doute sur la réalité du judéocide et de ses modalités. Jamais ils ne se compromettraient avec des négationnistes avérés pour quelque prétexte que ce soit. L’hostilité, mille fois justifiée, aux agissements de l’État d’Israël et à sa propagande ne saurait d’aucune manière servir de prétexte au recyclage des fascistes.

Face au négationnisme, les meilleurs militants de la cause palestinienne n’ont jamais failli. Ils n’ont pas dit, comme l’écrivain Michel Drac justifiant sa signature en bas de la pétition : « Les thèses des révisionnistes m’intéressent assez peu (75) ». Ils n’ont pas plaidé pour une liberté d’expression illimitée quand elle n’est que l’alibi de l’incitation à la haine. Ils ont parfaitement compris que, d’une certaine manière, « négationnisme et sionisme se confortent mutuellement ». Quand, en 2001, une conférence négationniste fut organisée à Beyrouth à l’initiative de courants néonazis et avec la participation annoncée de Roger Garaudy, quatorze intellectuels arabes demandèrent dans un appel son interdiction. Parmi eux, Mahmoud Darwich, Elias Sanbar et Edward Saïd. Si je peux me permettre, prenez-en de la graine, camarades.

4 décembre 2010

71. Celle-ci est désormais minoritaire au sein de l’extrême droite, qui a majoritairement choisi de mettre son antisémitisme intrinsèque en sourdine pour mieux lutter contre le danger principal que constituerait l’« islamisation de l’Europe ».

72. « Terrorisme » heureusement de moins en moins efficace, d’ailleurs, mais c’est un autre débat.

73. On trouvera sur un site spécialisé du Monde (droites-extrêmes. blog) une analyse encore plus fouillée des signataires de cette pétition.

74. Cette controverse a fait l’objet du dossier principal dans le numéro 47 de Politique (décembre 2006). Voir http://politique.eu.org/spip.php ? rubrique73.

75. Voir sur le site du comité de soutien à Vincent Reynouard.