Accueil > Ni patrie ni frontières > 36-37 : Extrême droite, extrême gauche : Inventaire de la confusion > Extrême gauche/Extrême droite. Inventaire de la confusion (3) : les (...)

Extrême gauche/Extrême droite. Inventaire de la confusion (3) : les sites

mercredi 7 septembre 2011, par Yves

Sites qui propagent la confusion

La liste ci-dessous répertorie des sites marqués le plus souvent à l’extrême droite, mais les Indymedia (avec leur politique de l’open publishing et l’absence de contrôle des posts des internautes) et autres médias « alternatifs » ont été les premiers vecteurs de la confusion, comme l’écrivaient les camarades de De Fabel van de illegal il y a déjà douze ans (cf. le livre La Fable de l’illégalité publié par nos soins, et l’article d’Eric Krebbers reproduit dans les annexes de ce numéro).

Alterinfos : ce site tiermondiste réactionnaire qui roule pour Paul-Emile Blanrue est dénoncé par d’autres sites antisémites comme… « sioniste » ! Evidemment, ces individus avancent masqués sous le couvert de l’objectivité et de la « liberté d’opinion et d’expression » : « Nous considérons que l’information concernant le Moyen-Orient est, en Occident en général et en France en particulier, diffusée de manière sélective, subjective et en fonction des préjugés manichéens alimentés et distillés, des perceptions dogmatiques, où les sensibilités ethnocentriques l’emportent sur la réalité ».

Ce site dénonce « l’islamophobie » entretenue par… Israël et qualifie le groupe fasciste britannique de l’English Defence League de « nazi » (ce qui n’est pas loin de la vérité) mais uniquement pour dénoncer son « sionisme » supposé, car ils ont trouvé UN connard de rabbin qui soutient l’EDL. Toutes les « informations » de ce site sont à l’avenant, déformées, de façon à manipuler les internautes inattentifs.

Dazibaoueb : Ce site se présente comme un dazibao : « C’est-à-dire "une affiche rédigée par un simple citoyen, traitant d’un sujet politique ou moral, et placardée pour être lue par le public". (…) Le mur d’affiches du Dazibao traditionnel est donc remplacé par ce site web où chacun peut venir afficher ce qu’il a à dire. Tout le monde peut s’exprimer sur Dazibaoueb, le but est de donner la parole aux internautes, c’est-à-dire nous tous. » Sous prétexte de susciter des débats (« Nous sommes un site d’information, de débats et de confrontation d’idées. Nous considérons que de la discussion jaillit la lumière. (…) Nous ne sommes membres d’aucun parti politique, d’aucun syndicat »), ce site de sensibilité altermondialiste (bien qu’il s’en défende : « nous n’avons jamais revendiqué être altermondialistes »), relaye les théories conspirationnistes avec de bien pauvres arguments (« Nous avons en effet publié des articles sur le 11 septembre. Et alors ? »). Il sert la soupe au Parti Anti Sioniste (« un de nos intervenants réguliers publie des communiqués du Parti Anti Sioniste. Cela permet souvent d’ouvrir des débats. Car comment débattre des choses si on n’a pas le droit d’en parler ? »), à Dieudonné, Alain Soral, Michel Collon, Jean Bricmont, et autres confusionnistes professionnels.

Entre la Plume et l’enclume : site « antisioniste » qui publie la prose des négationnistes I. Shamir, R. Faurisson, P. Guillaume, etc., mais aussi de l’antisémite P.-E. Blanrue, de Houria Bouteldja (des Indigènes de la République), Tariq Ramadan, Thierry Meyssan et Michel Chossudovski (conspirationnistes), Elie Domota (du LKP guadeloupéen), etc., avec ou sans leur accord pour mieux semer la confusion. Et bien sûr la prose des M. Poumier, G. Hess-Skandrani, G. Munier (16), etc.

Enquête et Débats  : site d’extrême droite animé par Jean Robin qui a réussi à piéger un certain nombre de gens de gauche (en diffusant leurs interviews prises dans la confusion d’une manifestation, par exemple) et même Radio Libertaire (en filmant et diffusant un long débat sur la liberté d’expression organisé par cette radio, cf. le dossier à ce sujet dans le numéro précédent de NPNF).

Eva R-sistons : site conspirationniste. Son animatrice participe aux sites Alterinfos (tiersmondiste réactionnaire) et Dazibaoueb (qui sert la soupe, entre autres, au Parti Anti Sioniste, à Dieudonné et Alain Soral).

Investig’Action : site de Michel Collon qui combine les interviews de Fidel Castro, le soutien acritique à Chavez et au Hamas. Publie des auteurs conspirationnistes, comme Michel Chossudovsky, du site mondialisation.ca, et d’autres appartenant aux réseaux ultra-nationalistes serbes et pro-Milosevic, toujours au nom de l’indépendance nationale des pays du Sud. Curieusement, il ignore les calculs géopolitiques de puissances comme l’URSS hier, la Russie aujourd’hui. Et tout comme Ginette Hess-Skandrani, ce monsieur voyait encore en août 2011 dans la Libye un « Etat-providence » sous la férule du colonel Kadhafi….

La Banlieue s’exprime : site antisioniste et antisémite qui défend Bachar el-Assad, Kadhafi, Chavez, Ahmadinejad, bref les dirigeants des « nations prolétaires ».

Mecanopolis, sous-titré « Axe contre-mondialiste ». Ce site d’extrême droite, lié à Alain Soral, n’hésite pas à reproduire un article qui dénonce toutes les manifestations de l’islamophobie. Il se délecte des théories du complot, car expliquent ses animateurs avec beaucoup de franchise, « En réalité, les “théories du complot” basées sur des faits indiscutables et débarrassées de leurs traits caricaturaux, peuvent justement permettre de comprendre la marche réelle des affaires, ce que le pouvoir en place veut éviter à tout prix. »

Si l’on prend comme exemples leurs posts du mois de juin 2011, les thèmes choisis illustrent parfaitement comment ils reprennent les grands thèmes de l’extrême gauche : la probabilité d’une intervention « américano-sioniste contre l’Iran », la réunion de Bilderberg, une interview d’un militant indépendantiste kurde et une citation (précédée d’un chapeau enthousiaste) de George Orwell sur la différence entre nationalisme et patriotisme (« Par “patriotisme”, j’entends l’attachement à un lieu particulier et à une manière de vivre particulière, que l’on croit supérieur à tout autre mais qu’on ne songe pas pour autant à imposer à qui que ce soit. Le patriotisme est par nature défensif, aussi bien militairement que culturellement. En revanche, le nationalisme est indissociable de la soif de pouvoir. Le souci constant de tout nationalisme est de conquérir le pouvoir et le prestige, non pour lui-même mais pour la nation ou l’entité au profit de laquelle il a choisi de renoncer à son individualité. ») Si la citation n’est pas tronquée (et elle est un peu longue pour l’avoir été), elle ne fait que témoigner d’une confusion très répandue à gauche, voire à l’extrême gauche, comme le soulignait notre numéro de juin 2011 sur Les pièges mortels de l’identité nationale.

Mondialisation.ca : site de Michel Chossudovsky qui publie à la fois des textes d’extrême droite et des textes d’ATTAC (voir l’article des Luftmenschen dans ce numéro).

Pierre et l’Olivier, La : association propalestienne créée et présidée par Ginette Hess-Skandrani.

Planetenonviolence.org  : comme ne l’indique pas du tout son intitulé, il s’agit d’une site propalestinien, antisémite, qui dénonce « l’islamophobie » et soutient les régimes syrien (17) et libyen, avec une nette préférence pour Bachar al-Assad (« la Syrie a tiré la leçon de ce qui s’est passé en Iran avec la “Révolution Verte” fomentée avec des appuis extérieurs et une couverture médiatique elle aussi non professionnelle avec de faux évènements enregistrés sur vidéos postés sur YouTube »). On espère, du moins pour les animateurs de ce site, que leur servilité leur rapportera au moins un voyage tous frais payés et un séjour dans un hôtel quatre étoiles à Damas. Mais il va falloir qu’ils se dépêchent d’en profiter…

Tlaxcala.es : site et réseau de traducteurs créé par Fausto Giudice et Marcel Charbonnier, deux proches de Ginette Hess-Skandrani. On y trouve un peu de tout (sinon ce ne serait pas un site rouge-brun efficace dans son entreprise de confusion), et bien sûr les textes délirants de Gilad Atzmon contre les Israéliens et contre les Juifs, tous collectivement responsables, selon lui, de la plupart des maux de la terre.

Tout sauf Sarko. Malgré son titre, ou plutôt en raison de son titre, il faut se méfier comme de la peste de ce site qui entend surfer sur l’anti-sarkozysme primaire de droite comme de gauche.

Voltaire.net, et Réseau Voltaire : site et réseau de Thierry Meyssan qui soutient avec constance que Ben Laden serait mort en 2001. Comme l’écrit un site qui sympathise avec les thèses conspirationnistes (geopolintel) :

Le Réseau Voltaire est une association française, fondée en 1994, dont les buts d’origine étaient « la promotion de la liberté et de la laïcité ». Elle œuvrait à « l’émancipation des individus face aux dogmes et aux empires ». Depuis, elle a évolué en un « réseau international de presse non alignée » en s’appuyant sur un site internet multilingue qui rassemble des agences de presse et des journaux d’Amérique latine, d’Europe et du monde arabe. Elle organise en 1995 la conférence Axis for Peace afin de mobiliser un mouvement anti-impérialisme états-unien et contre la politique de l’Etat d’Israël.

Référence dans les milieux d’extrême gauche et libertaires en raison de ses études fouillées sur l’extrême droite avant 2001, ce site et ce réseau se sont progressivement discrédités, notamment en recrutant des amis des négationnistes et en bénéficiant du soutien de l’extrême droite. Meyssan est actuellement membre du Parti radical de gauche et prétend, « comme Jean Moulin », « défendre la liberté » avec tous ceux qui le veulent, « de l’extrême gauche à l’extrême droite ». On ne saurait mieux dire…

Notes

16. Cet individu, qui se présente comme gaulliste dans sa notice complaisante publiée sur Wikipedia, fut, entre autres, correspondant, dans l’Algérie de Boumedienne, en 1968-1969, de la revue La Nation européenne du fasciste belge Jean Thiriart, copain de Sadddam Hussein, secrétaire des Amitiés franco-irakiennes, etc.

17. On comprend que des fascistes apprécient un régime dont l’article 8 de la Constitution stipule que le Parti unique dirige la société et l’Etat, et dont le président n’a jamais été démocratiquement élu. Mais il n’y a pas que les fascistes pour refuser de dénoncer ce régime. Alain Gresh a rédigé un compte rendu hallucinant d’hypocrisie, dans une langue de bois parfaite, en 2008 après avoir rencontré ce dictateur (cf. http://blog.mondediplo.net/2008-07-09-Rencontre-avec-Bachar-Al-Assad) : « A la mort de son père, il est élu à la succession, au prix d’un changement de la Constitution », ose-t-il écrire ; le lecteur pressé ou trop confiant dans le sérieux des journalistes du Monde diplomatique risque fort de croire que le progressiste Bachar a été élu par le peuple lors d’une élection libre et contradictoire. Gresh « oublie » seulement de rappeler que Bachar al-Assad a été élu avec 97% des voix lors d’un référendum où il était le seul candidat, et il n’explique pas en quoi a consisté ce « changement de la Constitution »… En dehors de présider une dictature sanglante et quasi cinquantenaire, le dirigeant syrien est un parfait exemple de cumulard et de fils à papa : médecin, P-DG d’une société informatique et colonel de l’armée (en cinq ans il a gravi tous les échelons militaires grâce à son père). Tout cela ne gêne absolument pas ses soutiens critiques « de gauche », si prompts pourtant à dénoncer les cumulards…quand ils ne sont pas de leur bord politique.