Accueil > Echanges et mouvements > Asie : Bangladesh, Chine, Japon, Vietnam... > Les Camps de travailleurs vietnamiens en France (1939-1952)

Les Camps de travailleurs vietnamiens en France (1939-1952)

vendredi 5 février 2010

Immigrés de force.

Les travailleurs indochinois
en France (1939-1952)

Pierre Daum

Ed. Solin

2009, 288 p., 23 euros

Cet ouvrage revient, de façon plus approfondie et documentée, sur l’intéressant travail présenté en janvier 2005 sous la forme d’une brochure Les Camps de travailleurs vietnamiens en France (1939-1952), que nous avions alors diffusée (toujours disponible à [echanges.mouvement@laposte.net]).

Les Camps de travailleurs vietnamiens en France (1939-1952)

3 € (+port : 0,84 €)

Cette plaquette, succincte mais très complète et bien documentée, sur un sujet méconnu, accompagne un documentaire « Les hommes des trois Ky » consacré à un même sujet bien que d’une manière plus discursive et plus ambiguë politiquement.

En 1939, le gouvernement français organise dans la colonie indochinoise l’enrôlement forcé de plus de 20 000 hommes pour « participer à la défense de la mère patrie » et avant tout pallier la pénurie de main-d’œuvre et de chair à canon. Enfermés dans des camps en France, la plupart furent affectés comme OS dans des industries de guerre.

La débâcle de 1940 puis l’occupation de la zone libre par les troupes allemandes fin 1943, les mit dans une situation encore plus précaire tant dans leurs conditions d’exploitation que dans leur simple survie, victimes impuissantes de trafics en tous genre. Ils s’organisèrent pourtant comme ils pouvaient, luttant comme ils purent pour leur survie et à la fin de la guerre en 1945 pour leur retour. Mais la guerre d’Indochine et la conquête du pouvoir par le Viet-minh firent également irruption auprès de ces travailleurs dont le combat fut en partie récupéré par le parti communiste vietnamien pour le dévier sur des impératifs nationaux : ce n’est qu’en 1952 que les derniers vietnamiens « enrôlés de force » purent regagner leurs foyers.

* Depuis les travailleurs chinois « utilisés » dans la première guerre mondiale (voir Echanges n° 121, p 41) ou tous les enrôlés de force de l’Empire colonial français enrôlés de force dans les deux guerres mondiales pour en terminer avec le traitement des harkis de la guerre d’Algérie, toute une histoire reste à écrire sur ce véritable esclavage guerrier, un des aspects les plus méconnus du colonialisme.